Commentaire F1 - 2

PETIT compte rendu de la journée 2 de notre Equipe 1 Fille; bonne lecture ;o)


Spécialisée dans les déplacements longue distance, après avoir accompagné l'équipe 2 à Hauteville pour la 1ère journée du championnat, j'emmenai cette fois l'équipe 1 à Marboz par un beau samedi après-midi ensoleillée. Notre capitaine, Claudine, étant occupée à batailler à Roanne en corpo où elle brille avec son entreprise  m'avait confié les rênes de l'équipe.

Marboz, cité bien connue de notre coach Vincent Novelli où il officia brillamment pendant quelques années dans sa jeunesse.

Nous voilà donc parties, vers 13h00, à l'autre bout du département pour un après-midi qui s'avérera long et chaud. Heureusement, nous avons suivi les conseils routiers de Sandrine plutôt que ceux de notre Juju nationale qui, la carte IGN sur les genoux, s'évertuait à vouloir nous mener vers la Saône et Loire et Paray le Monial (peut-être pour rejoindre son amoureux?).

Laurence et Juju Aranxa ont débuté leur match respectif un peu avant 14h30. Laurence expédia le sien sans faire de détail (6/2 6/1). Après une victoire lors de la 1ère rencontre, voilà une reprise triomphante! Je pus donc démarrer mon simple tandis que Juju avait terminé son 1er set, gagné 6/3, et souffrait dans le 2ème (finalement perdu 3/6). J'en profitais également pour lui transmettre, au passage, un message de notre capitaine en chef, Claudine: "Pas de victoire, pas de framboisine!".

Après avoir réussi à vaincre mes démons, j'emportais de mon côté le 1er set ,7/6 (7/1 dans le tie-break) puis plus facilement le 2ème 6/3. Pendant ce temps, Juju Aranxa était toujours sur le terrain…

Après trois bonnes heures de match, elle finit par remporter sa rencontre 6/3-3/6-6/4. Elle avoua après le match que la menace d'être privée de framboisine lors de la prochaine rencontre à domicile l'avait motivée pour conclure de manière positive…

Sandrine put enfin commencer sa rencontre. Il était déjà 18h00! Elle n'avait pas bu de café avant de jouer et, pourtant, elle était fébrile…

Devant l'heure déjà tardive, nous avons décidé de commencer le double en même temps que le dernier simple (bien nous en a pris!). Pas la peine de demander à Juju Aranxa si elle voulait s'y coller! C'est donc Laurence et moi-même qui avons officié alors que Sandrine débutait son simple. Ce fut une belle rencontre, avec de beaux points des 2 côtés tant en fond de court qu'à la volée. Eh oui, Laurence sait faire des volées autrement qu'avec le cadre de la raquette[1]! La perte de notre service tour à tour nous emmena vers un tie-break au 1er set, gagné 7 points à 5. Pendant ce temps, Sandrine perdait son 1er set 4/6 et bataillait dans le 2ème. Dans le double, nous continuions à nous battre vaillamment (malgré les crampes, que la St Yorre et la Sporténine, que m'avait fourni Juju, n'ont pas réussi à vaincre) et avons finalement gagné le 2ème set 6/4. Belle rencontre qui a même réussi à faire apprécier le double à Laurence!

À la fin du double, Sandrine Aranxa bis commençait un tie-break dans le 2ème set. Après avoir été menée 6 points à 3, elle réussit à conclure 8/6 en sauvant 3 balles de match! Excusez du peu! Cela sembla la libérer (et anéantir son adversaire) et elle gagna finalement le 3ème set 6/1 après presque 2h45 de match. Avait-elle décidé de faire le concours du match le plus long avec Juju?

Il était alors 20h30 et nous avons terminé la rencontre autour d'un bon goûter préparé par Marboz.

Sur la route du retour, il ne fallait pas compter sur Juju, comme co-pilote, car elle luttait pour rester éveillée.

Un peu après 22h00, nous arrivâmes dans un St André endormi, fatiguées mais fières et animées d'un sentiment de devoir accompli.

Capitaine Claudine, de façon unanime, nous pensons avoir mérité notre tonneau de framboisine pour la prochaine rencontre… Nous avons également une petite requête à te soumettre. Pourrais-tu, stp, nous préparer des petites fioles de framboisine que nous glisserions dans nos sacs et qui nous permettraient de nous détendre avant les rencontres. Cela les raccourcirait peut-être…

Isabelle, capitaine d'un jour

 

 

Pour la photo, ne m'en veux pas, Axel. Quand nous sommes rentrées, il faisait tellement noir que le photographe n'a pas pu mieux faire!

 

 



[1] Lire le compte-rendu de la rencontre de la 1ère journée contre Mionnay

ce site a été créé sur www.quomodo.com